Maison du Souvenir

Notre exposition 2013.

point  Accueil   -   point  Comment nous rendre visite   -   point  Intro   -   point  Le comité   -   point  Nos objectifs   -   point  Articles

point  Notre bibliothèque   -   point  M'écrire   -   point  Liens   -   point  Photos   -   point  Signer le Livre d'Or   -   point  Livre d'Or   -   point  Mises à jour   -   point  Statistiques


Notre exposition 2013.

point  [article]
Discours de Monsieur Hubert Smeyers, Echevin des Affaires patriotiques (photo B. Jacqmin)

Discours de Monsieur Frédéric Jourdain (photo B. Jacqmin)

Discours de Monsieur André Pirson, Président de la Maison du Souvenir (photo B. Jacqmin)

Les visiteurs à l’écoute (photo B. Jacqmin)

Les visiteurs à l’écoute

Les visiteurs à l’écoute

Les visiteurs à l’écoute

Les bénévoles au service du verre de l’amitié

Ce que l’on peut voir lors d’une visite de notre exposition (Photo B. Jacqmin)

Visite de notre exposition (Photo B. Jacqmin)

Ce que l’on peut voir lors d’une visite de notre exposition

Ce que l’on peut voir lors d’une visite de notre exposition

Ce que l’on peut voir lors d’une visite de notre exposition

Ce que l’on peut voir lors d’une visite de notre exposition

Ce que l’on peut voir lors d’une visite de notre exposition

Ce que l’on peut voir lors d’une visite de notre exposition

Discours prononcé par Monsieur l'Echevin

Hubert SMEYERS, lors de l'inauguration de l'exposition à La Maison du Souvenir.

Samedi 23 mars 2013 à 10h30.


La Bataille des Ardennes, ultime affrontement de la seconde guerre mondiale sur le territoire belge qui se déroula du 16 décembre 1944 au 28 janvier 1945, beaucoup la vécurent, d'autres en entendirent parler, mais personne ne peut aujourd'hui demeurer indifférent quant à cet épisode déterminant.

Chaque année, non seulement à Bastogne, mais également à Laroche en Ardenne, Hoton, Houffalize, Malmedy, Saint-Vith, Marche-en-Famenne, Vielsalm ou encore Neuville-en- Condroz ou Henri-Chapelle, ainsi que dans d'autres lieux, villes et villages de Wallonie, on se souvient !

On se souvient avec émotion, recueillement et respect de ces soldats venus d'Outre-Mer, pour amener la paix dans nos villes, villages et foyers au prix d'un lourd tribut.

Sans la volonté et la détermination de ces hommes pour arrêter un envahisseur supérieur en nombres, il aurait été écrit un chapitre différent de l'histoire.

Ce devoir de « mémoire », les membres de la Maison du Souvenir l'accomplissent en nous faisant revivre les mois de décembre 1944 et janvier 1945 par une remarquable exposition que nous allons pouvoir admirer bientôt.

Je tiens à remercier et à féliciter très chaleureusement les membres de la Maison du Souvenir qui de près ou de loin ont œuvré pour que cette nouvelle exposition – à l'instar des précédentes – soit une parfaite réussite.

Je tiens à adresser mon message de félicitations tout particulièrement à la famille Frédéric JOURDAIN et à ses amis qui se sont une nouvelle fois, dévoués sans compter de manière intense et inlassable dans la mise sur pied de cette nouvelle exposition !

C'est avec un réel plaisir que je cède immédiatement la parole à Monsieur PIRSON, Président de la Maison du Souvenir d'Oupeye.

Monsieur André Pirson donne directement la parole à Frédéric Jourdain

Mesdames, Messieurs, bonjour,

Pour la première fois, lors d'une inauguration, je vais prendre la parole.

André Pirson, notre président, à l'habitude de mettre la famille Jourdain en avant, je l'en remercie, mais, derrière ma famille, il y a une équipe d'amis formidables, et sans qui rien ne serait possible. Je voudrais, aujourd'hui remercier, Michel Nivarlet, notre décorateur et maquilleur ainsi que les collectionneurs : Jean-Pierre Piraux qui vient de Nonceveux, Philippe Pitton de Lixhe, Yannick Adam de Warsage, Didier Ruth de Glons, Gerry Van Velthoven de Turnhout, Robert Dejardin de Tilff, Noël Cauwenberg de Houtain, André Witmeur de Hermalle, Raymond Simar de Jupille. Je vous demanderai de les applaudir.

Nous sommes le 18 décembre 1944, depuis 2 jours les combats font rages dans la région de Stavelot. Un détachement de 30 hommes du 5ème bataillon de fusiliers belges a, sous sa responsabilité, un dépôt de carburant de 3 millions de litre. Ils ont l'ordre de quitter leur position lorsque le dernier soldat américain en retraite sera passé. Les chars tigre 2 et panther des kampfgruppe Peiper et Knittel entrent dans Stavelot. Le commandant de ce petit groupe de soldats belge est le lieutenant Albert Detroz, héros de la résistance, ne compte pas laisser son dépôt tomber aux mains des SS. Il ordonne ainsi de mettre le feu au précieux carburant. Par cet acte, les chars allemands tomberont rapidement en panne sèche. Sans le savoir, il vient de mettre fin au rêve fou d'Hitler de vouloir reprendre le port d'Anvers. En effet, bloqués par ce brasier, les chars allemands vont essayer de contourner le dépôt par 3 itinéraires différents, mais sans succès. Peiper n'aura d'autre solution que de se détourner en direction de La Gleize, où tous ses blindés tomberont en panne. Il sera ainsi obligé de détruire ses véhicules et de s'enfuir à pied.

Albert Detroz étant décédé depuis de nombreuses années, je vous demande de l'honorer, à travers ses filles ici présentes.

Si moi le dernier : Merci de votre attention, et bonne visite.

Si pas moi : Je cède maintenant la parole au Président Monsieur Pirson.

Merci Frédéric :

Bienvenue à vous tous, amis de la Maison du Souvenir d’Oupeye.

Avant de parcourir notre nouvelle exposition, à l’heure où notre association va se transformer en A.S.B.L., je pense qu’il est grand temps de dresser le bilan de nos huit années d’existence.

A quoi sert donc cette Maison du Souvenir ? Qu’a-t-elle de si spécial ?

Au dire de certains de nos visiteurs, notre musée d’abord ne ressemble à aucun autre.

Désirée par les Associations Patriotiques du grand Oupeye, grandement soutenue et aidée par les autorités communales, elle ne se contente pas d’organiser des expositions d’ailleurs d’année en année plus fournies, plus réalistes, vous pourrez bientôt le constater. Ces expositions ont drainé plusieurs milliers de personnes, mais surtout d’enfants car chaque exposition est pensée pour eux. Son parcours est pédagogique, conçu pour amener chacun à réfléchir aux conséquences des guerres que nous avons, je devrais plutôt dire que nos aïeux ont subies, que ce soit pour les militaires ou pour les civils. En effet, comme l’ont très bien compris nos dirigeants politiques, nous nous voulons les gardiens du souvenir, de la mémoire, surtout auprès des jeunes générations.

C’est pourquoi nous avons des liens très étroits avec « Les Territoires de la Mémoire » de Liège, qui ne cessent de rappeler les crimes engendrés par les états totalitaires. Grâce à eux et à leur moyen de transport, de nombreuses écoles ont pu visiter notre musée. Grâce à eux aussi, nous avons visité les forts de Breendonk et de Huy avec des élèves de toutes les 5e ou 6e années de notre enseignement fondamental, qu’ils soient du libre ou du communal. Ces enfants, volontaires, s’étaient engagés à venir plusieurs mercredis après-midi à la Maison du Souvenir afin de mettre un diorama au point. Et chacun de ces dioramas a été présenté lors des cérémonies patriotiques par ces élèves eux-mêmes.

De plus, un membre du comité a guidé une classe de l’école Jules Brouwir en néerlandais, au grand contentement des enseignants, mais aussi du guide néerlandophone qui fait partie de notre comité qui nous a dit son plaisir de dialoguer avec nos jeunes concitoyens.

La bibliothèque communale nous demande parfois aussi notre aide : une scène spéciale reproduite lors d’une exposition comme celle organisée en l’honneur de Jean Targé qui fut résistant, le guidage de quelques classes lors de l’exposition de BD au sujet d’Aiborn 44 ou de l’histoire du Mont-St-Michel. Mais aussi avec la coopération du BMVT et de ses membres, la reconstitution d’un camp américain aux abords de la tour durant l’exposition basée sur la BD du Mur de l’Atlantique.

Nous avons également un site Internet magnifique, « maisondusouvenir.be » qui a déjà été visité par des dizaines de milliers de personnes. Certains messages nous viennent des Pays-Bas, de France, d’Irlande, et même du Canada où une pédagogue nous a félicités de notre action pédagogique. Ce site s’accroît de jour en jour et recèle un nombre impressionnant de documents, de témoignages au sujet des deux guerres mondiales.

De plus en plus, des demandes de renseignements nous arrivent, qui pour connaître la vie en stalag d’un parent, qui le parcours de combattant d’un grand-père, etc. Si nous ne pouvons y répondre, nous donnons des adresses d’associations capables de les aider.

Même l’administration communale nous demande d’aider à la réalisation de projets subsidiés, comme par exemple la restauration et le déplacement du monument aux morts d’Oupeye, ce qui a demandé un constant échange entre les deux écoles fondamentales d’Oupeye et la Maison du Souvenir car un travail pédagogique était demandé par le pouvoir subsidiant, ce qui a abouti à une très belle cérémonie d’inauguration.

Aux alentours des jours de célébration patriotique, des membres du comité vont dans les écoles à la demande pour expliquer les événements que l’on commémore. Nous commençons même à aller dans les maisons de repos pour présenter une conférence sur la Résistance.

Maintenant, notre bibliothèque, riche de plus de 2500 livres et de 1000 magazines est à la disposition de nos concitoyens.

Mais arrêtons ici cette litanie. Que nous réserve l’avenir ?

Un grand défi nous attend. 2014 verra le centième anniversaire du début de la première guerre mondiale. De grandes choses se préparent. D’abord à Liège qui a vu le premier déferlement de l’ennemi et qui a décidé  de commémorer la résistance liégeoise avec faste, mais aussi chez nous, à Oupeye, où ce sont les civils qui ont souffert lors de ce mois d’août 1914. Autant dire que nous aussi, nous mettrons sur pied une exposition de valeur. Mais nous aurons aussi à cœur d’aider nos voisins qui nous ont déjà contactés comme Liège, salle Ulysse Capitaine, Herstal et d’autres.

Mais je sens que vous trépignez, que vous voulez vous rendre dans les sombres forêts ardennaises. Je terminerai donc ici cet exposé et vous invite au vin d’honneur pour vous mettre en condition.

Merci à tous de votre présence et de votre soutien.

Voilà arrivée, après 2 ans, la fin de l’exposition sur la Bataille des Ardennes. En voici un beau reportage photos


Bataille des Ardennes.

point  [article]
Lieutenant du 5ème bataillon de fusiliers belges

Vitrine sur Albert Detroz

Offensive de la SS

A la recherche de carburant

Offensive de la Wehrmacht

Offensive de la Wehrmacht

Offensive de la Wehrmacht

Reddition de la 106ème division d'infanterie US

Matériel allemand

Matériel allemand

Interrogatoire d'un prisonnier américain

Interrogatoire d'un prisonnier américain

Matériel allemand

Equipement du GI's

Poste médical US

Poste médical US

Poste médical US

Matériel sanitaire américain

Poste médical US

Matériel sanitaire US

Matériel sanitaire US

Matériel américain

Matériel américain

Pièces retrouvées

Para de la 82ème Airborne

Para de la 82ème Airborne

Ennemi abattu

Mitrailleuse en position

GI's dans son "foxhole"

GI's dans son "foxhole"

Le téléphone

Un tankiste de couleur (Pour l’anecdote, ils sont venus en repos à Hermée)

Uniforme US

Uniforme US et coca cola

"Bâtard de Bastogne" - Para de la 101ème airborne

Documents US

Prisonnier allemand

L'encerclement est rompu... Les hommes de Patton secourent les assiégés de Bastogne

Bien mérité d’être relevé

Ce qu'il en reste de nos jours ..